Retour à la ligne

 » Qui n’a jamais rêvé d’inventer sa vie ? »

Retour à la ligne

En ce vendredi soir, avant de plonger au fond de mon lit avec un (bon) film d’horreur (le choix du jour est Possédée), voilà mon avis sur le petit livre de Julie Jézéquel, Retour à la ligne, publié en 2009, disponible en format poche, chez Pocket !

Un livre qui a pour moi était très rapide à lire, d’une part parce qu’il fait « seulement » 213 pages, mais aussi car, en amoureuse des livres, quoi de mieux que d’en lire un qui parle d’un écrivain ? En l’occurrence, il s’agit plutôt d’une écrivaine, Clara Tallane, qui après avoir été une scénariste reconnue pour la télévision, se retrouve éjectée de son milieu, suite à une vraie crise de nerfs (cette scène, les amis, c’est le fantasme de quand-on-veut-tuer-son-boss-mais-on-ne-peut-pas-parce-qu’il-signe-nos-paies). Avec son fils de 15 ans sur les bras, elle se résigne à devenir nègre. C’est alors que Bertrand Rosier apparaît, en lui demandant de lui inventer une vie. Et c’est ainsi que tout démarre ! L’histoire est intéressante. On a envie d’en savoir plus sur tous les aspects : la vraie vie de Bertrand Rosier, mais aussi la vie que lui invente Clara, mais aussi l’histoire de Clara, mais aussi l’histoire de son fils… Bref ! c’est court, mais intense ! On est facilement entraîné dans ce que l’on croit être un pur moment de divertissement. Mais non. La fin… C’est la seule chose qui m’a vraiment déçu ! Trop rapide, sans explication, elle laisse sans mot (après tout, c’est peut-être ce qu’on attend d’une fin ?!)

Pour les personnages, j’ai bien aimé Clara, indépendante mais aussi démoralisée par sa perte de travail, et surtout les énormités qu’elle peut commettre dans la vie (on s’identifie vite. Malheureusement.) J’aime beaucoup son fils, Léonard, et J’ADORE sa copine délurée, tendance ménage à trois et aucun complexe (non, là, je ne m’identifie pas. Heureusement.) Que dire sur Bertrand Rosier ? Si il était réel, je lui enverrai des chocolats, un nounours et un bon livre. Pauvre de lui. (là, par contre, on n’a pas envie de s’identifier. Non merci.)

C’est donc un 4/5 pour ce livre, que j’ai apprécié malgré une fin assez décevante ! Il m’a pourtant rappelé le très bon La vie commence à 20h10, que j’ai adoré, et que, je crois, va retourner dans ma Pile à lire, pour le plaisir !

Bonne lecture !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s