Au Fil de Jiji

Du lifestyle Hygge : Livres, Séries, Bujo, Equitation

The Fault in our stars
« Some infinities are bigger than other infinities. »

En ce dimanche d’été rempli de pluie et d’un long trajet en voiture, me voilà avec mon avis sur ce magnifique livre écrit par John Green, publié en 2013 chez Nathan.

Résumé : Hazel, 16 ans, est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu’elle s’y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d’autres jeunes malades. C’est là qu’elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature.

Comment rester insensible face à cette histoire magnifique, cette aventure entre ces deux jeunes adolescents. Loin de tomber dans le sentimentalisme et la pitié, John Green nous offre des moments très drôles et très touchants, où la joie de vivre (et de survivre) apparaît malgré tout. Bien sûre, vous allez pleurer. Il y a des moments très difficiles. Mais c’est ce qui fait la beauté de ce livre : on n’est pas sûr du chemin que l’on prend, mais l’on est sûr de ne pas vouloir le quitter ! Comme d’habitude, l’écriture de John Green est belle et sublime l’histoire. Je dois aussi dire que la lecture en version originale se fait très facilement, donc même si vous n’avez pas un niveau excellent, n’ayez pas peur d’essayer !

Dans le livre, c’est Hazel la narratrice : jeune adolescente, elle se plonge pendant des heures dans des livres, ne renonce pas jamais à son sarcasme et, bien sûre, fait la rencontre du bel Augustus. Même si elle est censée être le personnage principal, je dois dire que l’on a plus la sensation qu’il s’agit en réalité d’Augustus. Lui aussi, tout jeune, a connu ce qu‘Hazel traverse. John Green en fait un personnage tout à fait différent des autres, incroyablement drôle et touchant, avec ses hauts et ses bas. Mais surtout pas lisse : il est loin d’être parfait, et on l’aime d’autant plus ! Un autre de mes personnages préférés est sans hésitation Isaac, l’ami d’Augustus et d’Hazel, qui nous offre des scènes hilarantes bien que parfois très tristes.

Et c’est là le tour de force de John Green : d’une histoire déprimante il fait surgir une aventure qui vous transporte à travers toutes les émotions possibles, et vous laisse à la fois vide et plein d’espoir.

Bonne lecture, et sortez les mouchoirs !

Publicités

Une réflexion sur “The Fault in our stars / Nos étoiles contraires – John Green

  1. Ce livre ne m’a absolument pas ému et encore moins fait pleurer mais je l’ai trouvé bien écrit et j’aime le fait qu’on ne tourne pas l’histoire des personnages en pitié. J’ai beaucoup apprécié l’humour d’Hazel par contre !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :