Au Fil de Jiji

Du lifestyle Hygge : Livres, Séries, Bujo, Equitation

Je vous reviens aujourd’hui avec un livre que j’ai adoré, mais vraiment ADORE de A à Z. Il s’agit sans hésiter de l’un des mes coups de coeur de l’année. Ce livre m’attendait depuis plusieurs mois déjà dans ma bibliothèque ; mais comme vous le savez, j’étais plus d’humeur à lire de la SF et de la fantasy ces derniers temps.

Mais ça c’était avant.

Je ne peux pas trop de risque avec cet auteur car ayant adoré 1Q84, je savais que j’aimerais sa façon d’écrire. Mais je ne m’étais pas rendu compte -ou alors, j’avais oublié – à quel point c’était beau. Chacun de ces mots, chacune de ses phrases ; même le type qui sort de la douche et enfile ses chaussette. De-la-beauté.

Dans ce livre d’apprentissage, on suit l’histoire de Tsukuru : rejeté par son groupe d’ami lors de sa première année de fac – sans raison apparente – sa rencontre, une fois adulte, avec une femme mystérieuse dont il tombe sous le charme, va le pousser à chercher ses anciens amis et obtenir des réponses. 

On ne va pas se mentir, je ne m’attendais pas à une histoire très palpitante, mais plutôt à une histoire d’amitié, de nostalgie et d’amour. Et bien j’ai été surprise : certes, il s’agit d’une histoire d’amitié, de nostalgie… mais l’amour n’est pas au centre de l’histoire. C’est bien d’amitié dont l’auteur nous parle, de son importance et de la façon dont elle façonne les humains. Il le fait d’une façon magnifique, prenante et émouvante. En prime, on a le droit à deux, trois retournements de situation bien sentis, qui tiennent plus du polar que du drame, et qui donne un rythme supplémentaire, nous évitant une lecture trop contemplative.

Grâce à la justesse de l’écriture de l’auteur, on est très attaché à Tsukuru. Son histoire m’a beaucoup touché, et c’est bien de sa personnalité dont dépend tout le roman. Haruki Murakami arrive encore une fois à écrire un personnage tellement réel qu’il pourrait être l’un d’entre nous. Et les autres personnages, absents ou présents du récit, sont tout aussi justes et servent tout aussi bien l’histoire, chacun à sa manière, sans cliché ni fausse note.

Bien sûr, au delà de la superbe écriture, les supers personnages et la superbe histoire, on a le droit à quelques petites touches de fantastique, de chimérique, dont Murakami a le secret et qui donne de la poésie à son récit.

Je vous conseille donc fortement cette lecture si vous souhaitez être plongé dans une belle histoire remplie d’amitié, de nostalgie, et de jolis mots.

Publicités

Une réflexion sur “Critique #5 – L’incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage – Haruki Murakami

  1. Maned Wolf dit :

    Je te rejoins totalement ! J’ai tellement aimé ce livre que je lui ai dédié la toute première chronique de mon blog 🙂 Murakami ne m’a encore jamais déçue 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :