La Servante Ecarlate – Margaret Atwood

la servante écarlate

Sous la pluie et sous le plaid, je vous retrouve pour vous parler de ma dernière lecture, La Servante Ecarlate de Margaret Atwood.

Pour la faire simple, c’est pour moi la lecture CHOC de cette année. Je pense qu’il s’agit d’une de ces lectures qu’on peut qualifier d’importante ; une de ces lectures qu’on devrait imposer aux adolescents.

Même si vous devez être nombreux à connaître cette oeuvre, à travers la série notamment, voici un petit résumé : on est projeté dans le futur aux Etats-Unis, où les jeunes femmes en âge de procréer sont employées dans des familles riches et puissantes afin de, je vous laisse deviner procréer. A cette réalité déjà horrible, vous rajoutez des privations de plus en plus extrêmes, et une absence totale de liberté à tous les niveaux, mais surtout chez les femmes.

En quoi ce livre m’a troublé ? Parce qu’il est tellement réel. Parce que la façon dont les personnages passent du monde que l’on connaît à la dictature imposée dans le livre est réelle. Tout est probable, et facile. Et comme nous, ils se disent : ça ne peut pas arriver, pas de nos jours. Mais tout d’un coup notre personnage principal n’a plus le contrôle de son temps, de son argent, de sa liberté, et puis soudain c’est l’atteinte au corps et à la vie en général.

Donc comment dire : lisez-le. Pas pour l’intrigue, pas pour la série, mais pour le fond de ce livre écrit dans les années 80 mais qui plus que jamais sonne trop juste et trop réel.

Publicités

Ce que j’ai regardé en juillet #3 

Alors attention : pour cette série, ne vous attendais ni à une révolution ni à une révélation. En gros si vous êtes fan d’enquêtes, de thrillers, de Slashers et de films d’horreur (vous pouvez choisir hein, pas tout ça à la fois), et que les films version Halloween ou Scream vous manquent, avec Slasher, série de 9 épisodes disponible sur Netflix, vous allez être servis. 

En gros je ne vais pas vous donner de résumé : on est dans une histoire classique, une fille arrive quelque part, des choses pas belles aussi. 

Là où la série a tout bon : 

1) L’action débute dès la première scène

2) Il n’y a pas de temps mort, le suspense est permanent 

3) Les acteurs ne sont pas très connus mais très très bien choisis 

Vous passez donc un super moment avec une bonne série d’horreur bien classique, et je vous conseille donc de vous blottir sous votre plaid (on va pas se mentir, il pleut) et de rentabiliser votre abonnement ! 

Bon visionnage 

Critique #11 – Au fond de l’eau de Paula Hawkins

Résultat de recherche d'images pour "au fond de leau"

Avant de commencer à vous donner mon avis sur ce livre, vous devez savoir deux choses : j’ai détesté la Fille du train, le premier livre de Paula Hawkins, et j’ai lu Au fond de l’eau en deux jours.

Résultat de recherche d'images pour "gif self congratulation"

Alors je sais qu’actuellement vous devez plus ressembler à Ken qu’au petit poulpe violet, mais ne me frappez pas tout de suite. Si je n’ai pas aimé la Fille de train, c’est parce que j’ai trouvé ça long, ennuyeux et contemplatif, et que j’ai deviné la fin rien qu’en lisant le résumé (ok là vous pouvez me lancer des objets, je réceptionne).

Résultat de recherche d'images pour "gif i will fight"

Et Au fond de l’eau ? Je l’ai trouvé agréablement, dans la tension et dans la contemplation de la petite vie tranquille de ses villageois.

L’histoire, si vous vivez dans une grotte depuis quelques semaines : notre personnage principal, Nel, se rend dans la ville de son enfance afin de s’occuper de sa nièce, suite à la mort de sa soeur, tombée dans le bassin aux noyés ; une rivière mystérieuse qui depuis des années, accumulent les cadavres.

Résultat de recherche d'images pour "gif gross"

J’ai vraiment ADORE l’histoire, ADORE les personnages, ADORE la fin, tout ça en majuscules. L’intrigue est prenante (c’est ce qu’on demande à un thriller), mais on n’oublie pas la myriade de personnages, que Paula Hawkins a très bien développé : ils sont tous complexes, et ils ont tous leurs petits secrets bien moches que l’on découvre au fur et à mesure. A aucun moment je n’ai deviné la fin : comme tout bon auteur de policier, elle nous embarque de fausses pistes en fausses pistes, et on se retrouver perdu. Et on ne demande que ça.

Résultat de recherche d'images pour "gif i'm lost"

Je dois peut-être préciser que j’ai écouté ce livre en audiolivre, et comment dire : meilleur livre audio de l’année. Pour une fois, Audible nous propose plusieurs narrateurs et c’est super bien réussi !

Résultat de recherche d'images pour "gif you win"

Deux points bonus pour ce livre : ça se passe dans une immense maison en bord de rivière, du genre toute vieille qui grince la nuit (et j’ADORE ça aussi) et le village est super bien décrit, on s’y croirait.

Alors si vous aimez les ambiances vieilles pierres, vieux village, lieux mystérieux, ou les thrillers bien écrits et bien ficelés, FONCEZ.

Critique #10 – The fire child (La menace) de S.K Treymane

Bon, je sais que la saison 3 de Peaky blinders est sortie sur Netflix, mais je vais faire semblant de croire que vous allez lire ce week-end.

Et si vous lisez, et bien… Je ne vous conseille pas forcément la Menace de S.K Treymane.

J’ai acheté une version en VO du livre, et je pense que c’est important de le mentionner car la langue lue a toujours un impact sur la lecture. On suit notre personnage principal Rachel, qui après avoir épousé un riche David et tout en s’occupant du fils de celui-ci Jamie, découvre que la vie ne sera pas toute rose avec son nouveau mari. En effet, le souvenir de Nina hante tous les esprits… notamment celui du petit Jamie, qui va très vite changer de comportement à son égard.

Ce livre malheureusement m’a vraiment laissé sur ma faim. Premièrement, j’ai bien aimé les personnages : découvrir leur passé, leurs défauts, leur « vrai visage ». Mais j’ai trouvé que les revirements de comportement des deux personnages principaux étaient trop gros, pas assez justifiés et mal dégrossis. Je n’y ai pas cru un seul instant.

Concernant la trame de l’histoire, je n’ai pas vraiment accroché. Je me suis trouvée plus curieuse de comprendre le passé des personnages que de savoir ce qui était arrivée à l’ex-femme ou ce qui allait arriver à notre héroïne. La fin d’ailleurs n’est vraiment pas à la hauteur du livre, voir incompréhensible au vu des événements.

Par contre, si comme moi vous aimez les belles descriptions de décors sauvages, de maisons magnifiques, là vous allez être servis. Si il y a bien une chose que l’auteur réussit dans ce livre, c’est de nous transporter sur les lieux du drame !

Donc ne vous méprenez pas : la lecture a été sympathique, maintenant c’est un livre que je vais vite oublié : des personnages trop caricaturés, des trames d’histoires qui se mélangent… Bref, un livre qui mériterait d’être un peu coupé ! Cependant, je ne retire pas le Doute, du même auteur, de ma PAL, car d’un livre à l’autre mon avis peut changer !

Critique #9 – Sharko de Franck Thilliez

N’étant pas du tout inspiré par le thème du Throwback livresque du jour, je vous retrouve pour une petite critique d’un livre dont tout le monde parle en ce moment, Sharko de Franck Thilliez.

Je ne cache rien donc je vais y aller directement : j’ai moins aimé ce tome que les précédents. On y retrouve Lucie Henebelle et Franck Sharko, qui doivent cette fois-ci se sortir d’une situation qui les met directement en danger : ils sont directement responsables d’un meurtre, et vont devoir passer de l’autre côté de la barrière afin de cacher leur culpabilité aux policiers.

Autant vous dire que je suis une grosse fan de Franck Thilliez : j’ai lu pratiquement tous ses romans, et j’ai aimé en particulier toute la suite des « grands complots » qu’étaient Le Syndrome E, Angor, Pandemia, Atomka.. et je pensais retrouver la même ambiance en lisant ce roman. Mais Monsieur Thilliez est retourné à du policier pur et dur et je ne peux pas le blâmer. Après tout, Puzzle est un de mes livres préférés, et on est loin de la théorie du complot. Je crois juste que je m’attendais à autre chose, et que je n’aurais pas du faire de suppositions !

J’étais super contente de retrouver notre duo, ainsi que tous les personnages secondaires qui tirent vraiment leur épingle du jeu dans ce livre. Par contre, je trouve ça plutôt bien d’avoir fais le choix de mettre un peu plus Lucie à l’écart : comme le titre l’indique, c’est vraiment Sharko qui va être mis en avant dans ce tome.

Cependant, je pense que le livre aurait pu décoller un peu plus tôt : c’est ce qui m’a freiné dans ma lecture. On démarre sur les chapeaux de roue, mais après ça je trouve qu’il y a un léger moment de flottement. Et après le moment de flottement, le livre décolle pour de bon : et cette partie là, j’ai vraiment adoré.

Je vous conseille donc de foncer sur ce tome qui est indispensable si vous avez suivi notre duo depuis le début. Et si vous ne l’avez pas suivi, je vous conseille de faire une razzia en bibliothèque ou en librairie. Vous avez tout un été pour tout lire.

Bonne lecture !

Critique #8 – Un appartement à Paris de Guillaume Musso


Après avoir lu ce super livre la semaine dernière, je ne pouvais m’empêcher de vous en parler : il se.agit bien sûr d’Un appartement à Paris, de Guillaume Musso, que j’ai dévoré, comme la plupart des Musso, en deux jours.

Je ne vais pas trop vous révéler l’histoire, car je suis pense qu’il faut se jeter dans ce livre en aveugle : en gros, on suit un écrivain asociale et un ex-flic tout aussi agréable, qui se retrouve bloqués dans le même atelier d’artiste suite à une erreur de réservation.

Ma critique sera assez courte car à partir de là, on a le droit à du très bon Musso : des situations complexes et une trame narrative prenante, des clins d’œil aux anciens livres, des retournements de situation et un thème très attrayant : celui des arts dans toutes ses formes.

Les personnages sont tous les deux attachants, et ils évoluent vraiment tout au long du livre : on peut voir toutes les facettes de leur personnalité, et elles sont toutes expliquées clairement et logiquement par des événements de leur vie. Pas de personnages faussement mystérieux : ici, on est dans la transparence.

J’ai aussi aimé le fait qu’on s’éloigne totalement d’un aspect un peu fantastique que peuvent avoir les livres de Musso pour être plongés dans une histoire plus proche d’un thriller.

Je vous conseille donc fortement la lecture de ce joli livre, qui comme toujours fais du bien à l’âme. Surtout qu’il recommence à pleuvoir (excuse parfaite). Bonne lecture !

Critique #7 – Il court il court le furet 


On est Vendredi et comme nous n’allons pas prétendre que nous ne préférons pas les livres aux gens, j’aimerais vous conseiller un des derniers thrillers que je ne pouvais plus poser : il s’agit sans trop de surprises de Il court il court le furet, la suite d’un autre livre que j’ai adoré : Amstramgram. 

Comme dans le premier livre, l’auteur oscille entre horreur et thriller : cette histoire est basée sur les agissements d’un serial Killer, qui assassinent ses victimes de nuit pour ensuite délivrer leurs organes à leur famille. Et l’histoire est prenante, comme dans le premier livre : impossible de deviner la fin, de voir venir les rebondissements. Et après tout c’est tout ce qu’on demande d’un bon policier !! 

Étant donné qu’il s’agit d’une suite, je ne peux malheureusement pas vous parler des personnages sans vous spoiler. En tout cas, je vous conseille fortement de vous plonger dans cette histoire si vous avez aimé Amstramgram, et de plonger dans Amstramgram si vous souhaitez découvrir cette auteur. 

Bonne lecture !